Vous avez dit zamal ?

Qu'est-ce que le zamal ?
zamal
Le zamal est l'appellation locale du cannabis ou chanvre indien; loin de moi l'idée de faire du prosélytisme sur ce sujet trés controversé, et qui faut-il le rappeler présente une toxicité bien documentée lorsque l'usage est régulier et prolongé. Simplement, il s'agit d'un élément qui est à mon sens intimement lié à la culture réunionnaise, et trouve par conséquent ici toute sa place. Cette appellation locale dérive du mot malgache zamala ; dans l'Océan Indien, on le désigne sous d'autres vocables: rangoni à Madagascar et à Mayotte, gandia à Maurice, dagga en Afrique du Sud; à La Réunion, on parle parfois de "qualité": qualité mangue-carotte, filament-rouge, le grain , la chair , sec-au-pied, la gratelle, ...bref, différents mots pour désigner une unique et même chose, la beuh des banlieues ;-)
Historique du zamal à La Réunion
De vives controverses ont eu lieu pour savoir si le zamal est une plante endogéne qui existait à l'état naturel avant l'arrivée de l'Homme, ou si celle-ci est arrivée dans les bagages des premiers colons et des vagues successives de ceux qui les ont suivis. Il est cependant acquis que des plants ont été importés au fil des siècles. Ainsi, au 19° siécle, les engagés hindous ont amené ce qu'ils appellaient bakka ou bonga; les esclaves utilisaient le zamal au cours de cérémonies spirituelles ou pour usage personnel à titre de réconfort. Par la suite, il en fût fait un usage "traditionnel", parfois festif, pour célébrer la fin des récoltes, parfois domestique, quasi mystique, lorsqu'on le frottait sur les coucougnettes des coqs bataille pour accroître leur combativité, ou lorsqu'on le donnait à manger aux poules pour les rendre meilleures pondeuses. Le zamal était également trés prisé chez les anciens (les "gramouns") qui en faisaient des décoctions aux vertus thérapeuthiques plus ou moins avérées (pour calmer l'asthme, les angoisses et les douleurs au bas-ventre), ou le fumaient lors de réunion entre gramouns. A la fin des années 60, cet usage traditionnel chez les gramouns s'est effacé progressivement au profit d'un usage toxicomaniaque touchant les plus jeunes. Le zamal passa définitivement du statut de reméde à celui de drogue avec la loi de 1970 sur les produits stupéfiants. Et il faut bien reconnaitre que malgré celà, il s'agit toujours d'un nafair qui tourne chez les jeunes.
Donnez votre avis sur cette page
Cher lecteur, vous êtes cordialement invité à apportez des précisions, des corrections, des compléments d'information, des liens, ou simplement faire part de votre avis sur cette page en laissant votre commentaire ci-aprés:
Page mise à jour le 10/09/2004 à 07:33:27 | Temps de génération de cette page: 0.07936 secondes | Sitemap