A voir

Sur ce site

Infos cyclones
Annuaire de liens
Piége à spams
Grand Raid 2010
Chikungunya

Avertissement

Les informations présentes sur ce site sont fournies en l'état, sans garantie d'aucune sorte, et ne vous confèrent aucun droit. Vous assumez tous les risques liés à leurs utilisations.
Reproduction interdite sans l'autorisation expresse de l'auteur (hormis une brève citation en précisant la source).

Blog Océan Indien

Barijaona
Andrew (en)
to be continued ...

A savoir

Moteur de recherche interne
Changer l'apparence de ce site
Syndication de contenu
LSZ Agregateur
Plan du site (sitemap)
FAQ LSZ Blog
Me contacter

A propos

Qu'est-ce que ce weblog ?

Un flux d'octets en provenance de la France australe, organisés chronologiquement en une collection d'observations, de réflexions, de liens en rapport avec mes centres d'intêrets. (About)

Saint Pierre, La Réunion GeoURL

Contacter l'auteur

Toutes les remarques, commentaires, critiques, suggestions seront trés appréciés.

Disclaimer

Les imprudents qui envisageraient de s'intéresser au code HTML de ce site sont invités à lire préalablement cette mise en garde.

Archives

Octobre 2017
<< | < | > | >>

L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31        

Selection

Fil RSS XML

Le bouton rouge ci-dessus est un lien vers un fil RSS. Si vous ignorez de quoi il s'agit, lisez cette explication
Vous lisez "Biodiversité: la cigogne de la Réunion menacée d'extinction ", un article publié le 09/04/2004 à 18:46 sur LSZ Blog

Vendredi 9 Avril 2004

Biodiversité: la cigogne de la Réunion menacée d'extinction - LSZ

la cigogne de la Réunion (Ciconia Borboniensis)
squelette de cigogne de la Réunion (Ciconia Borboniensis)
tête de cigogne de la Réunion (Ciconia Borboniensis)

La cigogne de la Réunion ou cigogne de Bourbon (Ciconia Borboniensis), est une espéce endémique rare qui vivait dans l'île de La Réunion vers la fin du 17 ème siècle et que l'on croyait depuis disparue. Cet oiseau n'avait que peu de similitudes avec ses cousines européennes (Ciconia Bianca) ou africaine (Ciconia Nera). Jusque trés récemment, son apparence et son mode de vie n'étaient connus que par les témoignages des marins de l'époque ainsi que par de rares fossiles conservés au Museum d'Histoire Naturel de Saint Denis de La Réunion.

Johannes CICONIA, naturaliste hollandais du 17ème siécle, fut le premier à en faire une description physique détaillée:

La cigogne de Bourbon (Ciconia Borboniensis) est un oiseau massif, au corps très rond et dodu, aux pattes épaisses et au bec long et crochu. Son poids estimé varie entre 13 et 23 kilos. Il a un plumage doux, de couleur grise ou noirâtre avec des plumes blanches en guise de queue. Sa principale caractéristique est qu'il est tout à fait incapable de voler, ses ailes étant trop petites et son poids trop lourd. S'agissant d'un animal peu farouche, il est donc trés aisé de le chasser. Sa chaire rose pâle, trés délicate, rappellant celle de la tortue verte, est fort appréciée des marins du bord.

Cet oiseau, à la chaire exquise, incapable de s'échapper lorsqu'il était chassé, vit sa population décroitre trés rapidement en une centaine d'années. Au 18 ème siècle, il ne restait plus qu'une centaine de Cigogne de Bourbon sur l'île de La Réunion. Les Hollandais en ramenérent dans leur pays quelques spécimens par bateau, sans que l'on sache précisémement ce qu'il advint de ces oiseaux. Certains pensent que l'espéce aurait pu former avec sa cousine européenne un hybride. D'autres, plus nombreux, estiment que l'union d'une cigogne de Boubon avec une cigogne européenne n'était pas féconde, et que l'espéce, incapable de se reproduire, s'était donc éteinte.

Plus personne n'avait jamais revue de cigogne de Bourbon si bien que l'on croyait l'espéce définitivement disparue.

Mais le 4 mars 2004, l'impensable s'est produit: à l'occasion d'un concours récompensant le meilleur mangeur de cigogne, on vit réapparaitre, seule parmi quelques centaines de cigogne européennes, une authentique cigogne réunionnaise. Il est encore trop tôt pour savoir s'il s'agit du descendant d'un de ces oiseaux ramenés par les marins hollandais du 18 ème siècle. Mais d'ores et déjà, ce specimen, peut-être unique, apparait bien menacé par ses congénéres européens, et semble sur le déclin. Il est encore possible d'éviter que cette cigogne réunionnaise ne s'efface complétement devant les redoutables cigognes européennes et ne viennent rejoindre les 148 espéces endémiques de La Réunion qui ont définitivement disparu.
Vous pouvez aider la cigogne réunionnaise.
Page mise à jour le 26/07/2005 à 19:21:00 | Temps de génération de cette page: 0.03283 secondes | Sitemap