A voir

Sur ce site

Infos cyclones
Annuaire de liens
Piége à spams
Grand Raid 2010
Chikungunya

Avertissement

Les informations présentes sur ce site sont fournies en l'état, sans garantie d'aucune sorte, et ne vous confèrent aucun droit. Vous assumez tous les risques liés à leurs utilisations.
Reproduction interdite sans l'autorisation expresse de l'auteur (hormis une brève citation en précisant la source).

Blog Océan Indien

Barijaona
Andrew (en)
to be continued ...

A savoir

Moteur de recherche interne
Changer l'apparence de ce site
Syndication de contenu
LSZ Agregateur
Plan du site (sitemap)
FAQ LSZ Blog
Me contacter

A propos

Qu'est-ce que ce weblog ?

Un flux d'octets en provenance de la France australe, organisés chronologiquement en une collection d'observations, de réflexions, de liens en rapport avec mes centres d'intêrets. (About)

Saint Pierre, La Réunion GeoURL

Contacter l'auteur

Toutes les remarques, commentaires, critiques, suggestions seront trés appréciés.

Disclaimer

Les imprudents qui envisageraient de s'intéresser au code HTML de ce site sont invités à lire préalablement cette mise en garde.

Archives

Août 2017
<< | < | > | >>

L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31    

Selection

Fil RSS XML

Le bouton rouge ci-dessus est un lien vers un fil RSS. Si vous ignorez de quoi il s'agit, lisez cette explication
Vous lisez "La chloroquine dans l'infection à chikungunya ", un article publié le 06/04/2006 à 03:16 sur LSZ Blog

Jeudi 6 Avril 2006

La chloroquine dans l'infection à chikungunya - LSZ

La chloroquine (ou 9-aminoquinoline, Nivaquine ®) (1) est connue depuis 1934. C'est le premier médicament utilisé avec succés contre le paludisme. Bien qu'elle ait été développée principalement pour traiter le paludisme, cette molécule est également utilisée dans des affections dermatologiques, autoimmunes et rhumatologiques, ces derniéres constituant aujourd'hui ses principales indications dans les pays industrialisés.
En dehors de ces propriétes trés connues, cette molécule a aussi été utilisée avec un certain succés dans les formes articulaires chroniques de l'infection à Chikungunya.
Cette molécule serait également trés intéressante pour lutter contre certaines infections virales. La chloroquine a en effet des propriétés antivirales directes, en inhibant des étapes pH-dépendantes de la réplication virale ou en interférant avec la glycosylation de l'enveloppe de plusieurs virus (2), incluant en particulier des flavivirus, des retrovirus, des coronarovirus et des alphavirus. Il serait bien étonnant que compte-tenu de ses propriétés antivirales potentielles, elle ne fasse pas partie des 170 molécules actuellement testées en laboratoire contre le virus chikungunya.

  • Chloroquine et flavivirus
    La chloroquine inhibe in vitro un processus nécessaire à la maturation des flavivirus [Lire]

  • Chloroquine et retrovirus
    La chloroquine a montré une activité inhibitrice in vitro contre le VIH. [Lire]

  • Chloroquine et coronarovirus
    La chloroquine est un puissant inhibiteur du coronarovirus responsable du SARS. L'effet inhibiteur s'exerce quand les cellules sont traitées avant ou aprés l'infection virale, suggérant un effet thérapeutique mais ausi prophylactique. [Lire]

  • Chloroquine et alphavirus
    La chloroquine est également connue pour être capable d'inhiber la réplication du virus Sindbis (alphavirus trés proche du virus chikungunya) lorque elle est mis en présence de cellules de mammiféres avant ou au cours de l'infection virale [Lire].


Utilisée depuis plus de 70 ans, la chloroquine a une tolérance excellente. Sa toxicité est faible à la posologie usuelle et elle n'est pas contre-indiquée pendant la grossesse. S'agit-il de la mystérieuse molécule anti-parasitaire qui s'est montré efficace contre le virus chikungunya au laboratoire de virologie de la Timone du Pr Xavier de Lamballerie ?

(1) Chloroquine sulfate (Nivaquine ®) par la Banque de Données Automatisée sur les Médicaments
(2) La chloroquine aurait une action antivirale sur les phases précoces et tardives de la réplication virale.
Phase précoce: Les virions sont incorporés dans les cellules au sein de vacuoles d'endocytose. Ces vésicules contenant les virus, se lient aux lysosomes qui "pélent" le virus de ses enveloppe et capside et libérent le génome viral dans la cellule. L'action des lysosomes est perturbée par la chloroquine, qui est une base faible qui s'accumule dans la lumiére des lysosomes, en éléve le pH, et perturbe l'action des enzymes lysosomales.
Phase tardive: Les virions s'accumulent dans des vésicules d'exocytose au sein desquelles ont lieu des processus de maturation et de glycosylation des glycoprotéines de l'enveloppe virale. Cette glycosylation serait perturbée par la chloroquine (mécanisme unique par inhibition de la quinone-réductase 2 ?).


Mise à Jour du 8 avril 2006: la piste chloroquine se confirme:
"Dans le cadre de l'enquête mise en place pour identifier les molécules actives contre le virus du chikungunya, des essais ont été réalisés en laboratoire sur des cultures cellulaires in vitro et ont montré une activité antivirale de la chloroquine (Nivaquine ®) sur ce virus. L'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS) relève qu'il s'agit de tests préliminaires et qu'à ce stade, aucune donnée d'efficacité et de sécurité n'est disponible chez l'Homme."
AFSSAPS - Infection par le virus Chikungunya : Point sur l’utilisation de chloroquine [Lire]


Page mise à jour le 26/07/2005 à 19:21:00 | Temps de génération de cette page: 0.03125 secondes | Sitemap